RESUME

Objectif : Déterminer si une seule séance de techniques de liberté émotionnelle (EFT) pourrait réduire l'impact émotionnel des souvenirs traumatiques liés à la performance sportive et conduire à une augmentation des niveaux de confiance chez les athlètes.

Contexte : Une relation a été notée dans d'autres études entre la performance sportive et des facteurs psychologiques tels que les niveaux de confiance et d'anxiété. Les incidents critiques, qui sont vécus comme des souvenirs traumatisants, sont associés à des niveaux accrus de détresse psychologique dans divers domaines de symptômes. Il a été démontré que de brèves séances d'EFT améliorent les performances sportives et réduisent l'anxiété.

Méthodes : Les athlètes féminines universitaires ( N = 10) avec des souvenirs traumatiques ont été évaluées sur trois auto-évaluations et une mesure objective (fréquence du pouls). Les mesures subjectives étaient le State Sport ConfidenceInventory, les unités subjectives de détresse (SUD) et le questionnaire Critical Sport IncidentRecall (CSIR), qui mesuraient à la fois les formes de détresse émotionnelle et physique. Les sujets ont reçu une seule session EFT de 20 minutes. Des valeurs de base ont été obtenues, ainsi que des suivis avant, après et 60 jours.

Résultats : Des améliorations post-intervention significatives ont été trouvées dans SUD, à la fois pour les composantes émotionnelles et physiques du CSIR, et pour les niveaux de confiance de performance ( p = .001). Le changement de la fréquence du pouls était marginalement significatif ( p = 0,087). Tous les gains des participants ont été maintenus lors du suivi.

Conclusions : L'EFT peut augmenter les niveaux de confiance dans le sport en réduisant la détresse émotionnelle et physique associée au rappel d'incidents critiques.

Applications dans le sport : une brève application de l'EFT utilisée juste avant la compétition peut augmenter la confiance et atténuer l'anxiété

INTRODUCTION

Les recherches portant sur le lien entre les facteurs psychologiques et les performances sportives révèlent des relations compliquées entre l'anxiété, le stress, la confiance en soi et la réussite. Bien que les chercheurs aient observé des niveaux de confiance significativement plus élevés ainsi que des niveaux plus faibles d'anxiété cognitive et somatique chez les athlètes d'élite par rapport aux non-élites (1,2), ou même chez le même athlète en pratique par rapport à la compétition (3), la prédiction de la performance basée sur les variations de ces mesures s'est avérée Plus difficile.

Les résultats sur la relation entre la confiance en soi et la performance ont été plus cohérents, avec des rapports de confiance en soi élevée prédisant une haute performance parmi une variété d'athlètes. Il s'agit notamment de jeunes gymnastes féminines(4,5), de coureuses de fond (6), de joueuses de tennis en simple (7) et de joueuses de baseball (8). Les recherches sur le pouvoir prédictif de l'anxiété sur la performance ont cependant donné des résultats moins stables. Jones et al. par exemple(4), n'ont trouvé aucune différence significative entre les cotes d'anxiété somatique données par les gymnastes les plus performants et les moins performants ; et Sanchez, Boschker et Llewellyn (9) ont en fait trouvé une relation inverse : que des niveaux plus élevés d'anxiété somatique pré-compétition chez les grimpeurs masculins d'élite étaient liés à de meilleures performances pendant la compétition. Que l'anxiété somatique s'améliore ou nuise à la performance sportive peut dépendre de la perception qu'ont les athlètes de leur anxiété, c'est-à-dire s'ils la considèrent comme quelque chose de plus susceptible de faciliter ou d'affaiblir la performance (4,10). L'anxiété dépend également du fait que l'athlète participe à un sport d'équipe ou individuel (11), du niveau perçu de soutien fourni par un entraîneur (12) et du fait que le cadre se situe au domicile des athlètes (13).

Ce résumé des résultats suggère que les athlètes recherchant un conditionnement mental dans le but d'améliorer leurs performances sportives devraient rechercher des méthodes ayant le potentiel de maximiser leur confiance en soi tout en diminuant les effets de l'anxiété (ou en réorientant l'athlète pour qu'il perçoive cette anxiété, en particulier l'anxiété somatique, comme facilitant vers la performance). Les interventions conçues pour cibler ces facteurs psychologiques allaient des techniques basées sur la relaxation à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), et les revues les ont trouvées efficaces(14,15). Il convient toutefois de noter que bon nombre des interventions thérapeutiques examinées impliquaient de nombreuses séances de traitement. Deux études sur la TCC pour améliorer la hauteur de saut vertical et le pourcentage de lancers francs chez les joueurs de basket-ball prescrits entre 6 et 12 heures de traitement (16, 17) - qui, bien qu'utile dans le cadre du programme d'entraînement à long terme d'un athlète, n'est guère une méthode appropriée à utiliser dans des situations de compétition à haute pression. La thérapie idéale pour ces situations serait brève, économique, fiable et facile à administrer ou à s'auto-administrer.

Ces caractéristiques ont conduit à une utilisation accrue par les athlètes des techniques de liberté émotionnelle (EFT). Développée par Craig (18) et appelée ailleurs « psychothérapie assistée par acupression » (19), cette intervention psychophysiologique associe l'exposition à un souvenir traumatique à un élément cognitif impliquant l'acceptation de soi. A ces méthodes établies, il ajoute un élément somatique, sous forme de stimulation de 12 points spécifiques sur le corps. Ces emplacements sont considérés en médecine traditionnelle chinoise comme les points terminaux des méridiens d'acupuncture. Le client EFT fournit une auto-évaluation du degré de détresse émotionnelle avant et après la stimulation de ces points du bout des doigts, et répète le processus jusqu'à ce que la détresse soit réduite. Le protocole peut être exécuté en moins d'une minute.

Des études publiées ont trouvé des preuves de l'efficacité de l'EFT dans la réduction à long terme de la détresse psychologique (20,21). L'EFT a été testé pour une gamme de conditions psychologiques, y compris les phobies (22-24), le trouble de stress post-traumatique (TSPT) (25-28), l'anxiété de test (29,30) et les symptômes physiques (31,32). L'EFT reste efficace lorsqu'il est fourni sous forme d'intervention en ligne (31) et lorsqu'il est adapté à un format de groupe (33).

Pour étudier les mécanismes d'action physiologiques de l'EFT, Church, Yount & Brooks (34) ont entrepris un essai contrôlé randomisé mesurant les niveaux de cortisol de 83 participants avant et après une intervention d'une heure. Le cortisol a été sélectionné comme cible car il s'agit d'un hormone endocrinienne, régulant de nombreux systèmes de réponse au stress du corps. Les niveaux de cortisol pré et post ont été mesurés pour trois groupes : le premier groupe a reçu un coaching EFT ; le deuxième groupe a reçu un entretien de soutien par un thérapeute, tandis que le troisième groupe s'est reposé. L'étude a révélé que les symptômes psychologiques tels que l'anxiété et la dépression étaient significativement améliorés après l'EFT par rapport aux deux autres groupes, et que le cortisol diminuait de manière significative ( p <.03 ). L'anxiété dans le groupe EFT a diminué de 58% ( p <.05). L'amélioration des symptômes psychologiques était significativement associée à la baisse du cortisol, indiquant un effet psychologique et physiologique simultané pour l'EFT.

Le potentiel d'utilisation de l'EFT en psychologie du sport est devenu évident en raison des articles de presse au cours de la dernière décennie qui ont commencé à noter sa popularité croissante parmi les joueurs de baseball, de football et de basket-ball, et parmi les golfeurs (35-37), bien que les preuves de ses effets sur la performance aient été largement anecdotique jusqu'à ce que Church (38) entreprenne un essai contrôlé randomisé pour étudier son impact sur les performances de lancer franc et la hauteur de saut chez les joueurs de basketball d'élite (c'est-à-dire les collèges de division 1). Church a comparé une intervention EFT de 15 minutes avec un traitement placebo administré à des équipes de basket-ball masculines et féminines de même performance. Il a constaté qu'après une intervention EFT de 15 minutes, les pourcentages de lancers francs des joueurs s'amélioraient considérablement. Dans une critique et une réanalyse ultérieures de Church, Baker (39) a soutenu que Church a sous-estimé l'effet de l'EFT en raison de l'effet plafond : les joueurs avec des scores parfaits ne pouvaient pas s'améliorer davantage, qu'ils soient dans les groupes de contrôle ou expérimentaux. En analysant à nouveau les résultats des athlètes les moins performants, Baker a constaté que les joueurs les moins performants s'amélioraient de manière disproportionnée. Un deuxième essai contrôlé randomisé a mesuré l'efficacité de l'EFT pour améliorer les performances des coups francs au football par rapport à un placebo, et a également trouvé une amélioration significative (40).

La présente étude met de côté la question des résultats de performance pour examiner l'impact de l'EFT sur les niveaux de confiance et de détresse des athlètes. Il cherche à élucider les mécanismes psychologiques sous-jacents à l'association positive entre l'EFT et l'amélioration des performances sportives en examinant le potentiel de l'EFT pour augmenter la confiance et réduire l'anxiété. Nous nous attendions à ce que ces résultats se traduisent par des changements à la fois dans les mesures psychologiques, via les niveaux de confiance et de détresse autodéclarés, et dans les mesures physiologiques, via les enregistrements du pouls des participants.

Méthode

Participants

Les participantes étaient membres d'une équipe universitaire féminine de volley-ball. L'autorisation a été obtenue du comité d'éthique de l'université pour mener l'étude, et toutes les participantes ont signé des formulaires de consentement éclairé. Onze participants potentiels ont été initialement évalués pour être inclus dans l'étude. Le seul critère d'exclusion était un score inférieur à 3 sur une échelle de Likert (allant de 0 = détresse minimale à 10 = détresse maximale ) qui évaluait la détresse des participants lorsqu'on leur demandait de se rappeler soit un souvenir troublant sur le plan émotionnel dans lequel leur « équipe n'a pas gagné » ou leur "pire expérience avec un entraîneur."

Un participant potentiel a été exclu sur la base de ce critère. L'analyse des données est donc basée sur les enregistrements des 10 femmes restantes. Les participantes étaient âgées de 18 à 21 ans, avec une moyenne d'âge de 19 ans. Ils avaient joué au volley-ball avant l'étude pendant des périodes allant de 6 à 11 ans, avec une valeur moyenne de 9 ans, et ont déclaré pratiquer entre 0 et 6 autres sports, avec une valeur moyenne de 2 autres sports.

Conception et Intervention

Les participants ont rempli l'échelle des unités subjectives de détresse (SUD), le State Sport Confidence Inventory (SSCI) et le Critical Sport Incident RecallSurvey (CSIR). Les évaluations ont été effectuées aux intervalles suivants : 30 jours avant l'intervention, 15 jours avant l'intervention, immédiatement avant, immédiatement après et 60 jours après l'intervention. Les pouls des participants ont également été mesurés à ces mêmes intervalles. Les mesures sont décrites en détail ci-dessous. Les participants étaient en compétition avec d'autres équipes tout au long de la période d'évaluation.

L'intervention, dispensée par un praticien EFT certifié, consistait en une session EFT de 20 minutes avec chaque athlète individuellement. Sous la direction du praticien, chaque participante a jumelé sa description du souvenir traumatique (c'est-à-dire de son équipe qui n'a pas gagné ou de sa pire expérience avec un entraîneur) avec une déclaration d'acceptation : par exemple : « Même si je suis en colère que mon entraîneur m'ait embarrassé en criant devant moi devant toute l'équipe, je m'accepte pleinement et complètement. Le praticien ou le participant a ensuite activé la composante somatique de l'intervention en tapant sur les points d'acupuncture prescrits (pour une description détaillée de la séquence de tapotement de l'EFT et des points d'acupuncture, voir Church & Brooks (41)). Une fois la session de 20 minutes terminée, le participant a fourni un autre score SUD.

Les mesures

Unités subjectives de détresse SUD utilise une échelle de Likert à 11 points allant de 0 ( détresse minimale ) à 10 ( détresse maximale ) pour évaluer l'impact émotionnel des incidents critiques (42). Une augmentation du SUD s'est avérée être associée à une augmentation de l'excitation du système nerveux sympathique (43). Le SUD est également en corrélation avec la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire et la réponse galvanique de la peau (44). Lorsque les interventions réduisent le SUD, les signes physiologiques de stress sont également inversés (45).

Inventaire national de la confiance dans le sport. Le SSCI est un instrument validé qui pose la question « Êtes-vous confiant en ce moment de participer aux prochains concours ? » dans 13 catégories (46). Pour chaque catégorie, les athlètes rapportent leur niveau de confiance sur une échelle de 1 (confiance faible) à 8 (confiance élevée). Le SSCI est conçu pour mesurer les niveaux de confiance à un moment défini, par exemple avant une future série d'événements sportifs, et par rapport à « l'athlète le plus sûr de lui » que le participant connaît.

Sondage sur les rappels d'incidents de sport critique. Le CSIR a été développé pour cette étude par le deuxième auteur (47), comme moyen d'évaluer les symptômes du TSPT chez les athlètes, après qu'une recherche documentaire a déterminé un manque d'évaluations validées appropriées. Il mesure la détresse émotionnelle (ECSIR) et la détresse physique (PCSIR) associées au rappel d'un incident critique. Il comporte 16 questions, notées par les participants sur une échelle de 0 (très à l' aise ) à 4 ( très en détresse ).

Rythme cardiaque. Les pouls des participants ont été mesurés avec l'Instapulse 107 (Bio Sign Instruments, Champlain, NY). L'Instapulse est un appareil portable qui mesure le rythme de l'électrocardiogramme et affiche une moyenne de quatre battements cardiaques. Nous avons sélectionné l'Instapulse comme l'une des méthodes les moins invasives pour obtenir des valeurs de fréquence cardiaque. Les athlètes ont tenu l'appareil pendant 30 secondes au repos, et la moyenne des valeurs obtenues a été utilisée dans l'étude.

Analyses statistiques

Nous avons effectué des tests t appariés pour comparer les premier et deuxième prétests. Un participant manquait le deuxième prétest ; par conséquent, nous avons calculé une substitution moyenne (moyenne du premier et du troisième prétest) pour ce participant. Tous les tests t étaient non significatifs ; par conséquent, une moyenne des deux prétests a été calculée et utilisée dans les analyses ultérieures (voir le tableau 1). Une analyse de variance à mesures répétées de modèles linéaires généraux a été menée sur toutes les variables dépendantes à quatre moments : moyenne des deux premiers prétests, prétest précédant immédiatement l'intervention, post-test et suivi. Nous avons ensuite effectué des tests t appariés post hoc sur tous les modèles significatifs. En raison du nombre de comparaisons possibles (6), nous avons appliqué la correction Bonferronic, en fixant le niveau alpha à p < .008pour les tests t appariés .

Tableau 1. Résultats du test t apparié pour les premier et deuxième prétests.

Mesure

Premier prétest :
M ( SD )

Deuxième prétest :
M ( SD )

t (9)

p

MOUSSE

6.10 (2.4)

6,00 (1,9)

0,25

.811

ECSIR

34,45 (8,0)

27,20 (5,8)

-1.0

.343

PCSIR

27,20 (5,8)

25,35 (6,3)

1,26

.240

SSCI

74,10 (21,6)

73,0 (19,8)

0,62

.550

Impulsion

90,50 (13,4)

102,55 (15,4)

-2.05

.071

Noter. SUDS = Unités subjectives de détresse ; ECSIR = détresse émotionnelle telle que mesurée par l'enquête Critical Sport Incident Recall (CSIR) ; PCSIR = détresse physique mesurée sur le CSIR ; SSCI = Inventaire national de la confiance dans le sport.

Résultats

L'effet principal pour le temps était significatif pour SUDS, ECSIR, PCSIR et SSCI ( p = .001). Le temps était marginalement significatif dans le modèle pour le pouls ( p= .087). Dans les analyses post hoc, la moyenne du pré-test était significativement plus élevée que celle du post-test pour SUDS, ECSIR et PCSIR, suggérant une amélioration de ces variables. De même, la moyenne du pré-test était inférieure à celle du post-test pour le SSCI, indiquant une augmentation de la confiance dans le sport. La moyenne du prétest était également significativement différente du suivi pour toutes les variables, y compris la fréquence du pouls, indiquant le maintien des améliorations observées au post-test. De même, le pré-test immédiatement avant l'intervention était significativement différent du post-test et du suivi pour toutes les variables, à l'exception de la fréquence du pouls, indiquant une amélioration immédiate de ces variables après l'intervention EFT. Il n'y avait aucune différence entre le post-test et le suivi pour aucune des variables dépendantes.

Tableau 2. Évolution dans le temps.

Mesure

Moyenne du prétest :
M ( SD )

Prétest immédiat :
M ( SD )

Post-test :
M ( SD )

Suivi :
M ( SD )

F (3, 7)

p

MOUSSE

6.05 (2.1)a

5.10 (2.4)c

0,70 (1,6)b,d

2,30 (1,7)b,d

28.73

.001

ECSIR

34,28 (8,0)a

27,40 (7.0)c

20,0 (8,8)b,d

19,80 (7.1)b,d

11,85

.001

PCSIR

26.28 (5.6)a

24.10 (7.2)c

16,70 (7.4)b,d

18,70 (7.1)b,d

11.55

.001

SSCI

73,55 (20,5)a

74,60 (20,3)c

90,70 (15,8)b,d

87,50 (21,5)b,d

10,38

.001

Impulsion

96,53 (11,0)e

91,70 (21,5)

84,90 (13,8)

81,30 (9,0)e

2,43

.087

Noter. Les changements entre les scores notés « a » et les scores notés « b » ont donné lieu à des réductions statistiquement significatives au niveau p < 0,003 ; les changements entre les scores notés « c » et ceux notés « d » ont donné lieu à des réductions statistiquement significatives au niveau p < 0,006.
a > b p < 0,003 ; c> d p <0,006; e > f  p = 0,002.

Ces résultats indiquent un effet positif immédiat de l'EFT sur le SUDSrating, les évaluations émotionnelles et physiques de l'expérience de compétition (ECSIR, PCSIR) et le niveau de confiance dans le sport (SSCI). Cependant, il n'y a pas eu d'effet immédiat sur la fréquence du pouls. De plus, tous les changements significatifs ont été maintenus lors du suivi, indiquant le maintien des effets observés immédiatement après l'intervention. Une diminution de la fréquence du pouls a été trouvée lors du suivi. Cependant, étant donné que la diminution de la fréquence du pouls était non significative immédiatement après l'intervention, il n'est pas clair si la différence observée lors du suivi peut être attribuée à l'intervention.

Discussion

La présente étude étend les recherches de Church (38) et Llewellyn (40) pour montrer d'autres preuves du potentiel de l'EFT pour une utilisation par les athlètes. Alors que l'essai contrôlé randomisé de Church a révélé une amélioration significative des performances des lancers francs de basket-ball et que Llewellyn a constaté des améliorations significatives des coups francs de football, il s'agissait de deux études de résultats qui n'essayaient pas d'étudier les mécanismes d'action psychologiques ou physiologiques de l'EFT. L'étude pilote actuelle examine un certain nombre de mécanismes psychologiques plausibles et suggère que l'EFT peut maximiser la confiance des athlètes tout en réduisant la détresse qu'ils ressentent lorsqu'ils se souviennent d'un traumatisme lié au sport. De plus, les effets de l'EFT sur la confiance et la détresse étaient durables, restant significatifs même 60 jours après l'application de l'intervention brève de 20 minutes.

Une limitation de la présente étude est sa petite taille d'échantillon, bien que l'utilisation de tests t ait été conçue pour atténuer la variance individuelle. La réplication est nécessaire dans des populations plus importantes, avec différents sports et groupes d'âge, et avec des groupes témoins actifs, avant que ces résultats puissent être généralisés. Le faible coût de l'EFT, sa facilité d'utilisation et sa rapidité d'application plaident fortement en faveur de sa poursuite de l'étude.

Nous n'avons trouvé qu'un effet marginalement significatif de l'EFT sur la fréquence cardiaque des athlètes dans cette étude, et donc, bien que les mesures psychologiques aient soutenu l'efficacité de l'EFT, notre seule mesure physiologique n'a fourni qu'un soutien limité à notre hypothèse. Dans leur étude des effets des onphobies de l'EFT, tels que mesurés par des mesures comportementales, d'auto-évaluation et physiologiques, Wells et al. (22) de même n'ont trouvé que des changements marginalement significatifs dans les taux de pouls des participants. Ils ont noté, cependant, que cela n'était pas rare dans le domaine des interventions comportementales, qui « ont tendance à apporter des changements sur les mesures physiologiques avec moins de régularité qu'ils ne le font sur les mesures comportementales et d'auto-évaluation » (48, 49).

Une disparité similaire entre la taille des mesures physiologiques et psychologiques a été trouvée dans l'étude sur le cortisol (34). Alors que le cortisol et la détresse psychologique ont diminué de manière significative, un effet significatif a été noté dans les mesures psychologiques après avoir testé seulement 30 sujets. Près de trois fois ce nombre étaient nécessaires pour démontrer l'importance de la mesure physiologique du cortisol. Une réplication de la présente étude avec un N plus grand pourrait produire de manière similaire des données de confirmation.

De plus, la fréquence du pouls peut être une mesure trop imprécise, car elle est caractérisée par des fluctuations rapides. Church et al soutiennent que les tests de cortisol salivaire sont une mesure physiologique plus sensible du stress, car les niveaux de cortisol s'ajustent lentement par rapport à la plupart des autres hormones et neurotransmetteurs. Le cycle circadien du cortisol est stable mois après mois et les fluctuations ultradianistes sont faibles. Les dosages du cortisol salivaire peuvent élucider les effets hormonaux de l'EFT, et par extension ses effets génétiques également, puisque les gènes qui codent pour le cortisol doivent nécessairement être exprimés pour que les niveaux de cortisol augmentent. Pour cette raison, un examen des preuves expérimentales de l'EFT indique que : « l'exposition [et] les traitements des points d'acupuncture modulent, avec une vitesse et une puissance inhabituelles, l'expression des gènes pour des gains thérapeutiques spécifiques et systémiques » (50). L'EFT n'offre donc pas seulement à la psychologie du sport une technique mûre pour l'exploration ; la psychologie du sport offre à la psychologie énergétique un champ fertile pour l'élucidation plus poussée de ses mécanismes.

Conclusion & Applications dans le Sport

En raison de la complexité des relations entre les facteurs psychologiques, tels que la confiance et l'anxiété, et les performances sportives, le défi de la psychologie du sport est de trouver des interventions qui améliorent simultanément les niveaux de confiance des athlètes, réduisent le stress des traumatismes liés au sport, démontrent l'efficacité dans le jeu délais et donnent des améliorations mesurables des performances. Bien qu'une gamme de techniques ait été évaluée, peu ont démontré les résultats apparents dans la recherche préliminaire avec l'EFT. Cette étude pilote a révélé des améliorations significatives de la confiance, des réductions de l'intensité des souvenirs traumatiques liés au sport et des réductions du stress autodéclaré. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si ces résultats peuvent être reproduits dans un essai contrôlé randomisé contre un groupe de traitement actif,

LES RÉFÉRENCES

1. Kim, KJ, Chung, JW, Park, S., & Shin, JT (2009). Réponse au stress psychophysiologique pendant la compétition entre les golfeurs juniors coréens d'élite et non élites. I nternational Journal of Sports Medicine,30 , 503-508.

2. Robazza, C., & Bortoli, L. (2003). Intensité, contenu idiosyncratique et impact fonctionnel des émotions liées à la performance chez les athlètes. Journal of Sports Sciences, 21 , 171-189.

3. McKay, JM, Selig, SE, Carlson, JS et Morris, T. (1997). Stress psychophysiologique chez les golfeurs d'élite pendant l'entraînement et la compétition. Journal australien de la science et de la médecine dans le sport, 29 ,55-61.

4. Jones, G., Swain, A., & Hardy, L. (1993). Intensité et directiondimensions de l'anxiété de l'état de compétition et relations avec la performance. Journal des sciences du sport, 11 , 525-532.

5. Tsopani, D., Dallas, G. et Skordilis, EK (2011). État d'anxiété et performance de compétition chez les jeunes gymnastes rythmiques féminines. Compétences perceptives et motrices, 112 , 549-560.

6. Martin, JJ et Gill, DL (1991). Les relations entre l'orientation compétitive, la confiance dans le sport, l'auto-efficacité, l'anxiété et la performance. Journal of Sport and Exercise Psychology, 13, 149-159.

7. Filaire, E., Alix, D., Ferrand, C., & Verger, M. (2009). Stress psychophysiologique chez les joueurs de tennis lors du premier match simple d'un tournoi. Psychoneuroendocrinologie, 34, 150-157.

8. Kimbrough, S., DeBolt, L. et Balkin, RS (2007). Utilisation de l'inventaire des habiletés d'adaptation athlétiques pour la prédiction de la performance au baseball collégial. Le Journal du Sport, 10 (1).

9. Sanchez, X., Boschker, MS et Llewellyn, DJ (2010). États psychologiques avant la performance et performance dans une compétition d'escalade d'élite. Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports,20 , 356-363.

10. Raglin, J. (1992). Anxiété et performance sportive. Examens de l'exercice et des sciences du sport, 20 , 243.

11. Hanton, S., Jones, G. et Mullen, R. (2000). Intensité et direction de l'anxiété d'état de compétition telle qu'interprétée par les joueurs de rugby et les tireurs à la carabine. Habiletés perceptives et motrices, 90, 513-521.

12. Ryska, TA, & Yin, Z. (1999). Test de l'hypothèse tampon : perceptions du soutien de l'entraîneur et de l'anxiété précompétitive chez les athlètes masculins et féminins du secondaire. Psychologie actuelle, 18 (4), 381-392.

13. Jamieson, JP (2010). L'avantage du terrain en athlétisme : Ameta-analyse. Journal de psychologie sociale appliquée, 40 (7), 1819-1848.

14. Meyers, AW, Whelan, JP et Murphy, SM (1996). Stratégies cognitivo-comportementales dans l'amélioration de la performance athlétique. Progrès dans la modification du comportement, 21 , 171-189.

15. Weinberg, RS, & Comar, W. (1994). L'efficacité de l'intervention psychologique dans le sport de compétition. Médecine du sport, 18 406-418.

16. Hamilton, SA, & Fremouw, WJ (1985). Entraînement cognitivo-comportemental pour la performance de lancer franc de basket-ball universitaire. Recherche en thérapie cognitive, 9 , 479-483.

17. Kearns, DW et Crossman, J. (1992). Effets d'un programme d'intervention cognitive sur les performances de lancer franc des joueurs de basket-ball universitaire pendant l'entraînement et la compétition. Habiletés perceptives et motrices,75 (3, Pt. 2), 1243-1253.

18. Craig, D. (2008). Le manuel EFT. Santa Rosa, Californie : Energy PsychologyPress.

19. Lane, James R. (2009). La neurochimie du contre-conditionnement : désensibilisation à l'acupression en psychothérapie. Psychologie de l'énergie : théorie, recherche et traitement, 1 (1), 31-44.

20. Rowe, JE (2005). Les effets de l'EFT sur les symptômes psychologiques à long terme. Counseling et psychologie clinique, 2 , 104-111.

21. Palmer-Hoffman, J., & Brooks, AJ (2011). Changement psychologique des symptômes après l'application en groupe des techniques de libération émotionnelle (EFT). Psychologie de l'énergie : théorie, recherche et traitement, 3 (1), 33-38.

22. Wells, S., Polglase, K., Andrews, HB, Carrington, P. et Baker, AH (2003). Évaluation d'une intervention basée sur les méridiens, Emotional FreedomTechniques (EFT), pour réduire les phobies spécifiques des petits animaux. Journal of Clinical Psychology, 59 , 943-966.

23. Salas, M., Rowe, J., & Brooks, AJ (2011). L'effet immédiat d'une brève intervention de psychologie énergétique (EFT) sur des phobies spécifiques : un essai contrôlé randomisé. Explorez : The Journal of Science and Healing, 7 (3),255-160.

24. Baker, AH & Siegel, L. (2010). Les Techniques de Libération Émotionnelle (EFT) réduisent les peurs intenses ; Une réplication partielle et une extension de Wells et al. (2003), Energy Psychology : Theory, Research, and Treatment 2 (2),13-30.

25. Karatzias, T., Power, K. Brown, K., McGoldrick, T., Begum, M., Young, J., Loughran, P., Chouliara, Z., & Adams, S. (2011). Une comparaison contrôlée de l'efficacité et de l'efficience de deux thérapies psychologiques pour le trouble de stress post-traumatique : EMDR vs. EFT. Journal of Nervous andMental Disease, 199 (6), 372-378.

26. Church, D., Piña, O., Reategui, C., & Brooks, AJ (2012). Réduction d'une seule séance de l'intensité des souvenirs traumatiques chez les adolescents maltraités : un essai contrôlé randomisé. Traumatologie, sous presse.

27. Église, D. (2009b). Le traitement des traumatismes de combat chez les vétérans à l'aide d'EFT (Emotional Freedom Techniques): Une étude pilote. Traumatologie, 15 (4).

28. Church, D., Geronilla, L., & Dinter, I. (2009a). Changement psychologique des symptômes chez les vétérans après six séances d'EFT (Emotional FreedomTechniques): Une étude observationnelle. Journal international de guérison et de soins, 9 (1).

29. Benor, DJ, Ledger, K., Touissant, L., Hett, G., & Zaccaro, D. (2009). Étude pilote des techniques de liberté émotionnelle, de l'hybride holistique dérivé de la désensibilisation et du retraitement des mouvements oculaires et de la technique de liberté émotionnelle, et de la thérapie cognitivo-comportementale pour le traitement de l'anxiété de test chez les étudiants universitaires. Explorer, 5 , 338-340.

30. Sezgin, N., & zcan, B. (2009). L'effet des techniques de relaxation musculaire progressive et de liberté émotionnelle sur l'anxiété de test chez les élèves du secondaire : un essai contrôlé randomisé. Psychologie de l'énergie : théorie, recherche et traitement, 1 (1), 23-30.

31. Brattberg, G. (2008). EFT auto-administré (Techniques de liberté émotionnelle) chez les personnes atteintes de fibromyalgie : Un essai randomisé . Médecine intégrative : Journal d'un clinicien , 7,30-35.

32. Patricia M. Hodge, PM, & Jurgens, CY (2011). Symptômes psychologiques et physiologiques du psoriasis après un traitement EFT de groupe : une étude pilote. Psychologie de l'énergie : théorie, recherche et traitement, 3 (2), 13-24.

33. Church, D., & Brooks, AJ (2010). L'effet d'une brève auto-intervention des techniques de liberté émotionnelle sur l'anxiété, la dépression, la douleur et les fringales chez les travailleurs de la santé. Médecine intégrative : Journal d'un clinicien,9 , 40-43.

34. Church, D., Yount, G. et Brooks, A. (2012). L'effet des techniques de liberté émotionnelle (EFT) sur la biochimie du stress : un essai contrôlé randomisé. Journal of Nervous and Mental Disease , sous presse.

35. Achenbach, J. (25 mars 2006,). Les golfeurs « puisent » dans la psychologie. Semaine de golf, 25 , 60.

36. Bachman, R. (2007, 18 juin). A Corvallis, soudain, il y eut un appétissant. L'Oregonien.

37. Rowe, J. (2009). EFT et golf. Bangor, MOI : bibliothécaire.

38. Église, D. (2009b). L'effet de l'EFT (Emotional Freedom Techniques) sur la performance athlétique : Un essai contrôlé randomisé en aveugle. Open SportsSciences, 2 , 94-99.

39. Baker, AH (2010). Un réexamen de l'étude de Church (2009) sur les effets des techniques de liberté émotionnelle (EFT) sur les performances des lancers francs au basketball. E nergy Psychologie: théorie, recherche, traitement et, 2 (2), 39-44.

40. Llewellyn-Edwards, T., & Llewellyn-Edwards, M. (2012). L'effet des techniques de liberté émotionnelle (EFT) sur les performances de football. Fidélité : Journal du Conseil National de Psychothérapie , (sous presse).

41. Church, D., & Brooks, AJ (2010). Application des techniques de liberté émotionnelle. Je ntegrative Médecine: Journal Clinicien, 10 , 46-48.

42. Wolpe, J. (1973). La pratique de la thérapie (2e éd.). New York, NY:Pergamon Press.

43. Thyer, BA, Papsdorf, JD, Davis, R. et Vallecorsa, S. (1984). Corrélats autonomes de l'échelle d'anxiété subjective. Journal of BehaviorTherapy and Experimental Psychiatry, 15, 3-7.

44. Scheeringa, MS, Zeanah, CH, Myers, L. et Putnam, F. (2004).Constatations de la période cardiaque et de la variabilité chez les enfants d'âge préscolaire présentant des symptômes de stress post-traumatique. Psychiatrie Biologique, 55, 685-691.

45. Wilson, D., Silver, S.M, Covi, W. et Foster, S. (1996). Désensibilisation et retraitement des mouvements oculaires : efficacité et corrélats autonomes. Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry,27 , 219-229.

46. ​​Vealey, RS (1986). Conceptualisation de la confiance sportive et de l'orientation compétitive : enquête préliminaire et développement d'instruments. Journal of Sport Psychology, 8 , 221-246.

47. Downs, D. (2005). L'enquête sur les rappels d' incidents de sport critique .Ursuline College, Pepper Pike, OH.

48. Ost, L.-G. (1991). Exposition en une séance dirigée par un thérapeute par rapport à l'auto-exposition dans le traitement de la phobie des araignées. Thérapie comportementale, 22 407-422.

49. Turpin, G. (1989). Manuel de psychophysiologie clinique . New York, NY : Wiley.

50. Feinstein, D., & Church, D. (2010). Modulation de l'expression génique par la psychothérapie : la contribution des interventions somatiques non invasives. Revue de psychologie générale, 14 , 283-295. doi:10.1037/a0021252

 

   Découvrez les prochaines Télé Formations en cliquant sur l'image