• GÉRER LE STRESS OU SE LIBÉRER DES ÉMOTIONS PERTURBANTES?

    Combien de personnes aimeraient vivre une vie plus douce, plus sereine? Combien de personnes aimeraient ne plus avoir à vivre des moments angoissants, des peurs incontrôlées voir des phobies?

    Détaillons dans cet article les moyens pour retrouver une sérénité et vivre la vie que l'on désire!

    Gérer le stress ou libérer les émotions perturbantes?

    Le stress

    Le stress est vital pour notre survie, il permet notre adaptation face à des dangers menaçant nos divers besoins, dont la sécurité, la santé, la reconnaissance...

    Face à un réel danger immédiat un protocole de survie se met automatiquement en action.

    Différentes situations dans la vie personnelle et professionnelle peuvent ainsi être perçues comme étant des dangers. 

    Cette perception du danger diffère d'une personne à une autre en fonction de son éducation, de ses expériences. Les 5 sens sont en liens avec ces perceptions, ainsi la vue d'une souris, ou la pensée de la présence de la souris provoquera un grand stress chez l'un et une indifférence chez l'autre.

    Physiologie du stress

    Le stress est tout d’abord un état et non une maladie, il représente tous les déséquilibres environnementaux venant troubler l’homéostasie de l’organisme. Ces troubles mettent en place des réactions dans le corps et l’esprit pour permettre le combat ou la fuite face au danger. C’est ce que l’on nomme la phase d’alarme avec la production d’hormones, adrénaline et noradrénaline. Dans cette phase le cœur s’accélère, les muscles se contractent, l’esprit est vif, nos forces sont telles que nous pouvons être amenés à faire des choses incroyables. 

    Cette première phase du stress est bénéfique. Imaginons-nous entrain de traverser la rue, totalement déconcentré et nous sursautons au bruit du klaxon d’un gros camion qui fonce sur nous. Ce stress nous sauve la vie, immédiatement, en quelques fractions de secondes, on trouve la force de sauter sur le trottoir. Dès que le camion est passé, nous retrouvons le calme intérieur et continuons tranquillement notre chemin. Notre organisme s’est adapté à la situation.

    Peur

    Cette phase dite d’alarme ne dépasse pas une heure. Alors pourquoi avons-nous été aussi rapides à l’action? Tout simplement parce que l’information n’est pas parvenue à notre cortex préfrontal, cette partie du cerveau qui raisonne et établie les plans d’actions. Heureusement! car si nous avions dû analyser la situation et réfléchir aux actions à mettre en place, la réflexion aurait été de courte durée, le camion aurait été plus rapide!

    En phase d’alarme, l’information est traitée dans la partie limbique du cerveau, une sorte de douane qui fait passer ou non l’information à l’étage supérieur. Si cette partie du cerveau, c’est notamment l’amygdale qui contrôle, détecte un danger, elle envoie le message à l’hypothalamus qui met immédiatement en oeuvre le plan de défense.

    Conséquences du stress

    La problématique du stress se fait jour dès que les stimuli dépassent 1 heure, l’organisme passe dans une nouvelle phase, dite de résistance qui peut quant à elle durer 1 mois. Le système de défense est donc maintenu en vigilance, les hormones du stress, adrénaline, noradrénaline, cortisol continuent à inonder l’organisme, en provoquant acidité, inflammation etc. Le stress devient chronique.

    Passé 1 mois, nous passons dans une troisième phase, l’épuisement. La chronicité du stress entraîne des troubles divers et variés, voir le burn-out.

    La phase suivante est celle des très gros troubles, juste avant la mort!

    Ce stress, que Hans Selye traduit comme étant un syndrome général d’adaptation est un héritage de l’ère préhistorique, où ces mécanismes du stress permettaient aux hommes d’échapper aux prédateurs. De nos jours notre organisme fonctionne toujours avec ces mécanismes, et ce que l’on ressent comme étant une agression face à une autre personne, en présence d'une souris, voir même à la pensée de sa présence, est perçue de la même façon par notre corps qu’une attaque par une bête féroce. Dans ce cas ces décharges hormonales, au lieu de nous donner la force de fuir ou combattre, déclenchent des dysfonctionnements de tous genres, anxiété, dépression, hypertension, maux de tête, insomnie voir même des symptômes d’asthme, syndrome du côlon irritable et autres  problèmes cardio vasculaires.

    Nous comprenons donc que le stress est un état qui échappe au contrôle de la pensée de chacun, et en connaissant son mécanisme il est plus aisé de le contenir.

    Contenir, signifie ici se servir du stress comme sauvegarde vitale en mode d’alarme, et tout faire pour éviter le passage en phases supérieures. Se faire un allié du stress est donc possible!

    Ne pas attendre que le stress dépasse les limites, celles où l’équilibre des neurotransmetteurs est compromis, empêchant de raisonner, de penser avec clarté et de mettre des intentions pour atteindre un objectif. Le stress chronique entraîne la mort de cellules nerveuses et le rétrécissement des zones d’apprentissage, de l’hippocampe, avec perte de mémoire, alors que l’amygdale grossit, ce qui nous rend encore plus anxieux.

    Les émotions

    Nous sommes des êtres émotionnels, et à ce titre nous sommes soumis à différentes émotions de base, 7 selon Paul Ekman, la joie, la tristesse, la peur, la colère, le dégoût, la surprise et le mépris et 8 selon Robert Plutchik,  la joie, la peur, le dégoût, la colère, la tristesse, la surprise, la confiance et l'anticipation.

    La coordination de ces émotions primaires donnent naissance à des émotions secondaires, exemple, joie + confiance = amour, joie + peur = culpabilité...

    Nos émotions sont reliées à notre éducation et à nos différentes expériences.

    La seule pensée, une image ou un son, réveillant un douloureux souvenir affectent le système énergétique corporel, activant du même coup l'émotion perturbante, (négative).

     

    Gérer le stress ou libérer les émotions perturbantes?

    Conclusion

    Il est donc impossible de se libérer du stress, car celui-ci est vital, comme nous venons de le voir, mais nous pouvons le gérer en mettant en place des règles de vie, aussi bien dans la vie personnelle que la vie professionnelle en pratiquant des exercices physiques et respiratoires telle que la cohérence cardiaque, suivre des cours de danse, de Tai-chi-chuan, Qi gong, faire de la sophrologie, méditation, relaxation, massages psycho corporels.... Le choix d'une alimentation saine, et le repos récupérateur sont à respecter pour garantir un bon fonctionnement physiologique en période de stress.

    Nous avons également le choix et la possibilité de se libérer des causes du stress, en éliminant ces émotions perturbantes, par la pratique de Méthodes psycho énergétiques comme l'EFT.

    Pratiquer l'EFT dès qu'une pensée perturbante semble envahir l'esprit, dès qu'un inconfort physique ou émotionnel apparaît, ouvre la voie vers la liberté d'être la personne que l'on souhaite devenir.

    Chacun possède ainsi la responsabilité de sa destinée.

    J'aimerai terminer par une citation de Gandhi, résumant à elle seule l'intérêt de l'EFT :

    « Vos croyances deviennent vos pensées GÉRER LE STRESS OU SE LIBÉRER DES ÉMOTIONS PERTURBANTES?

    Vos pensées deviennent vos mots

    Vos mots deviennent vos actions

    Vos actions deviennent vos habitudes

    Vos habitudes deviennent vos valeurs

    Vos valeurs deviennent votre destine. »

     

    >>>Chers lecteurs, je vous remercie d’avoir lu cet article et je vous invite à le partager et à me laisser un commentaire ci-dessous. Quelques mots suffisent.<<<

     

     

    « ETATS ÉMOTIONNELS ET DOULEURSPEURS ET EFT »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :