• Mal de dos : comment en finir avec la douleur sans médicament ni chirurgie

    Mal de dos, canal carpien, reflux, migraines, fibromyalgie... Dans son best-seller Le meilleur anti-douleur c'est votre cerveau, John Sarno explique pourquoi ces maux ont rarement une cause physique et comment y mettre fin sans traitement. Entretien avec le « meilleur médecin des Etats-Unis » selon Forbes.

     

    ETATS ÉMOTIONNELS ET DOULEURS

     

    L'équipe de la Nutrition.fr - Mercredi 29 Juillet 2015

     

    Pr John Sarno

    LaNutrition.fr : Pr Sarno, comment en êtes-vous venu à vous intéresser au mal de dos ?

    Pr John Sarno : Lorsque j’ai pris la tête du département des consultations externes en orthopédie et rééducation du Centre médical de l’université de New York, j’ai été exposé pour la première fois de ma carrière médicale à un grand nombre de patients souffrant du dos. Pour faire court, après quelques années de diagnostics et traitements conventionnels, dont la chirurgie, je suis arrivé à la conclusion que quelque chose ne tournait pas rond puisque j’obtenais des résultats aussi mauvais que mes confrères. Je trouvais frustrant de ne pas arriver à soulager mes patients et j'ai décidé de regarder la question du diagnostic de plus près.

    Selon vous, qu’est-ce qui n’allait pas avec le diagnostic de mal de dos ?

    Quand j’ai commencé à m’intéresser de manière plus précise à cette question, j’ai constaté qu’un grand nombre de patients dont les douleurs étaient imputées à des anomalies structurelles souffraient en réalité d’autre chose. Il s’agissait d’une affection dans laquelle la douleur était réelle mais qui était initiée par des facteurs émotionnels. Ce qui causait la douleur chez ces personnes, ce n’était pas une hernie discale, ou une autre anomalie structurelle, mais une privation modérée d’oxygène que le cerveau provoque en modifiant simplement le flux sanguin dans une zone particulière. Prenez la sciatique par exemple. Il existe un grand nombre de nerfs rachidiens allant dans la jambe via le nerf sciatique et le cerveau peut les priver modérément d’oxygène. C’est ce qui causera la douleur dans la jambe et provoquera les sensations d’engourdissement et de picotement ressenties par les patients. Cela entraînera aussi une réelle faiblesse. Mais les médecins partent du principe que ces symptômes sont dus à des dommages au niveau des nerfs du bas du dos, à des hernies discales par exemple et autres anomalies structurelles du même genre.

    Cela signifie-t-il que la privation d’oxygène est la cause sous-jacente de toutes les douleurs du dos ?

    La cause sous-jacente dans ce diagnostic, oui. Si elle a lieu dans un tendon autour du genou par exemple, le patient aura un tendon douloureux à cet endroit. Invariablement une IRM sera réalisée et les médecins trouveront une petite déchirure au niveau du cartilage du ménisque et diront « c’est à cause de cela que vous souffrez ». Pour chaque zone où les personnes ressentent des douleurs, on peut trouver par imagerie des anomalies structurelles. Mais selon mon expérience, elles n’ont rien à voir avec le problème dans la majorité des cas. La preuve c’est que mes patients vont mieux, et qu’ils ne pourraient aller mieux avec mon traitement si leur problème était dû à une anomalie structurelle.

    Mais s’il y a une anomalie structurelle, ne doit-on pas y prêter attention ?

    Non, non, non, et non. Ce n’est pas du tout mon propos et ce n'est pas ce que je retire de mon expérience. Dans une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, un médecin et ses collaborateurs ont fait passer des IRM à 98 personnes n’ayant jamais eu mal au dos. Ils n’ont trouvé des disques vertébraux normaux que chez 36% d’entre eux. Les disques des autres présentaient des anomalies de toutes sortes, et pourtant les personnes ne ressentaient aucune douleur.

    Avez-vous un autre nom pour cette privation d’oxygène qui est à l’origine des douleurs ?

    Oui, il existe un nom, un peu obsolète aujourd’hui mais que je continue à utiliser puisque j’ai commencé à le faire : le syndrome de tension musculaire (STM). Le terme syndrome est là pour signifier qu’il a différentes manières de se manifester. Depuis que j’ai baptisé ce syndrome, je me suis rendu compte que les tendons et les nerfs étaient également impliqués. Et je crois même aujourd’hui que les nerfs sont plus impliqués que les muscles dans ce syndrome.

    Pourquoi le cerveau génère-t-il une douleur locale ?

    Si le cerveau induit des douleurs, c’est pour protéger le patient d’un traumatisme psychologique, d’un conflit interne. Je suis arrivé à cette conclusion après bien des années de recherches et de pratique clinique. Ce qui est clair pour moi depuis le début c’est que les patients répondent à des situations stressantes de leur vie. Et, encore plus intéressant, à des pressions qu’ils se mettent tout seuls. J’en suis venu à considérer que les personnes ayant tendance à être perfectionnistes – consciencieuses, dures à la tâche, ambitieuses, etc. – présentaient des personnalités à haut risque de STM. Plus tard je me suis rendu compte qu’il existait une autre sorte de contrainte que l’on peut s'imposer tout seul : le besoin d’être quelqu’un de bien. C’est le besoin de plaire aux autres, d’être aimé, approuvé. Comme le besoin d’exceller ou d’être perfectionniste, ce besoin joue un rôle important dans l’apparition du STM.

    Comment ces besoins jouent-ils un rôle dans le STM ?

    Vous vous demandez peut-être ce qu’il y a de mal à vouloir être parfait ou à essayer d’être sympathique et bon ? Rien, en termes de vie consciente. Mais, il en est autrement en termes d’inconscient. Ces contraintes auto-imposées causent des difficultés à l’intérieur de nos esprits. Il y a un petit enfant en chacun de nous qui n’a pas envie d’être mis sous pression, sous peine de se mettre très, très en colère. Il semblerait donc que le premier facteur psychologique soit une grosse colère interne et inconsciente arrivée à sa température d’ébullition. Il existe d’autres sortes de pressions aussi importantes, celles que la vie nous impose : celles générées par le travail, les mariages, les enfants, etc. Il existe aussi une troisième catégorie de contrainte, très importante : les colères refoulées de notre enfance qui s’étendent sur une gamme allant de l’abus subtil à l’abus pur et simple, correspondant à des parents pas assez soutenant sur le plan émotionnel ou à des parents qui en demandaient trop à leur enfant.

    Mis à part les douleurs musculaires ou articulaires, quelles autres problèmes relévent d'un STM ?

    Il existe des états physiques équivalents au mal de dos, servant le même but psychologique. Je parle ici du reflux gastro-œsophagien, du syndrome du côlon irritable, des maux de têtes, des allergies (rhume des foins et asthme en particulier), des maladies de peau comme l’eczéma, des douleurs pelviennes sans cause infectieuse. Toutes ces affections servent le même but : focaliser l’attention sur le corps. Ces maladies sont tellement courantes en médecine qu’il est important de poser le bon diagnostic. Si vous attribuez la douleur à une anomalie physiologique, les patients vont continuer à présenter les mêmes symptômes. C’est pour cela que le mal de dos a pris des proportions épidémiques dans les pays occidentaux.

    Quel traitement faut-il mettre en place ?

    Croyez-moi ou non, mais il suffit que j’explique aux patients ce qui se passe en réalité dans leur corps pour mettre fin à la douleur. Je reçois des courriers de lecteurs témoignant qu’ils souffraient depuis des années et ont vu leurs symptômes disparaître après la lecture de mes livres. Evidemment tout le monde ne guérit pas rien qu’en lisant mes livres mais je pense que la majorité des gens peuvent dire adieu à la douleur simplement en apprenant à connaître les mécanismes sous-jacents à leurs douleurs, et à chercher les contraintes les plus importantes de leur vie comme je les y invite.

    Pour aller plus loin : Le meilleur anti-douleur, c'est votre cerveau, par le Pr John Sarno


    2 commentaires
  • La routine énergétique 

    LA ROUTINE ENERGETIQUE

     
    La routine énergétique quotidienne se compose de cinq exercices de moins d’une minute chacun,
    à faire le matin au saut du lit. Elle permet de réharmoniser les énergies et de les faire circuler dans le bon sens.

     

     

    En complément à l’EFT

       

     

    Les trois coups


    En tapotant trois ensembles précis de points, cela active une séquence de réactions qui recharge le corps en cas de fatigue, augmente la vitalité et renforce le système immunitaire lors de périodes de stress.
    • Les points clavicule : Tapoter ou masser simultanément les deux points sous les clavicules (SC, les mêmes que ceux utilisés dans la séquence EFT) tout en respirant profondément pendant 30 secondes. Inspirer par le nez et expirer par la bouche.
    Se recharger si vous êtes somnolent(e) et se concentrer.
    • Le thymus : Tapoter sur le thymus, au centre du sternum, en respirant profondément pendant 20 secondes.
    Stimuler toutes les énergies, renforcer le système immunitaire, augmenter la force et la vitalité.
    • Les points de la rate : tapoter les points neurolymphatiques du méridien de la rate sous les bras (les mêmes que ceux utilisés dans la séquence EFT), en respirant profondément pendant 15 secondes.
    Augmenter l’énergie, équilibre la chimie sanguine, renforcer le système immunitaire.


    Le crawl croisé


    Debout, lever simultanément le bras droit et la jambe gauche en exagérant le mouvement vers l’oblique pour qu’il traverse la ligne médiane du côté opposé, puis inverser.
    Poursuivre cette marche exagérée pendant au moins une minute, en inspirant toujours profondément par le nez et en expirant par la bouche.
    Plus d’équilibre, penser plus clairement, améliorer la coordination, harmoniser les énergies.
    Le crawl croisé facilite le croisement de l’énergie entre les hémisphères droit et gauche du cerveau. Utile si, par exemple, vous vous sentez physiquement et mentalement épuisé sans raison apparente, si votre état empire plutôt que de s’améliorer après un exercice physique, si vous êtes en train de devenir léthargique et sans motivation ou si vous vous sentez en déséquilibre après avoir porté une valise, un sac à bandoulière ou un enfant.
    Si vous faites cet exercice isolément, avant de commencer, tapotez vos points SC (sous les clavicules) pour vous assurer que vos énergies circulent dans leur direction naturelle.
    Pratiquer le crawl croisé est aussi simple que de marcher sur place (temps : environ 1 minute).


    La posture de Wayne Cook1


    S’asseoir sur une chaise, le dos bien droit, pendant environ 2 minutes. Placer le pied droit sur le genou gauche. De la main gauche, entourer la cheville droite et, de la main droite, envelopper la partie antérieure de la plante du pied droit. Inspirer lentement par le nez, en laissant le souffle soulever le corps. En même temps, tirer la jambe vers soi, en provoquant un étirement. Expirer lentement par la bouche, en laissant le corps se relaxer. Répéter quatre ou cinq fois ce lent mouvement de respiration et d’étirement. Puis faire le même mouvement en changeant de pied.
    Démêler le chaos intérieur, voir la situation avec un meilleur point de vue, se concentrer plus efficacement, penser plus clairement, apprendre avec plus de facilité.


    Ou le Noeud de Cook
    S’asseoir sur une chaise. Placer la cheville gauche sur la droite. Tendre les bras devant soi. Coller les mains dos à dos. Passer la main droite au-dessus de la gauche. Poser les mains paume contre paume. Croiser les doigts. Ramener les mains ainsi croisées vers soi et les poser sur la poitrine. Répéter 4 à 8 fois ce lent mouvement de respiration. Poser la langue sur le haut du palais et prendre une profonde inspiration par le nez. Poser la langue sur le plancher de la bouche, derrière les incisives du bas, et expirer lentement par la bouche.


    La traction de la couronne


    Poser les pouces sur les tempes, de chaque côté de la tête. Poser le bout des doigts recourbés juste au-dessus du centre de chaque sourcil. Lentement et avec de la pression, écarter les mains afin de tendre la peau juste au-dessus des sourcils. Puis répéter ce mouvement à mi-hauteur du front, à la naissance des cheveux, au sommet de la tête, puis sur l’arrière bombé de la tête. Répéter chacune de ces étapes au moins une fois.
    Pendant l’exercice, respirer profondément, en inspirant par le nez et en expirant par la bouche (temps : environ 15 secondes).
    Libérer le trop-plein d’énergie stagnante qui s’accumule en haut de la tête. Faire disparaître un mal de tête ou d’estomac provoqué par le stress.


    Remonter la Fermeture Éclair


    Debout, placer une main au bas du méridien central, qui se trouve sur l’os pubien.
    Inspirer profondément tout en déplaçant la main lentement le long du centre du corps, jusqu’à la lèvre inférieure au-dessus du menton. Répéter trois fois.
    Se sentir plus confiant et positif, penser plus clairement, tirer parti de ses forces intérieures, se protéger des énergies négatives qui peuvent nous entourer.
    Le fait de remonter les mains le long du méridien central attire l’énergie le long de cette ligne.
    Voilà la direction naturelle de la circulation du méridien. En suivant sa direction, vous renforcez le méridien
    et celui-ci, à son tour, vous renforce. Vous pouvez remonter la Fermeture Éclair du méridien central aussi souvent que vous le voulez.


    Chaque matin au moins pendant un mois
    Vous pouvez utiliser ces cinq exercices à volonté et aussi souvent que vous le souhaitez. Pour entreprendre
    un bon démarrage et bénéficier de tous leurs bienfaits, il est recommandé de tous les pratiquer chaque matin,
    pendant un mois, comme une petite routine énergétique indispensable avant d’entamer votre journée. Cela vous prendra 3 à 4 minutes, juste au saut du lit, avant de vous brosser les dents ou après votre douche. Ensuite, vous pourrez y recourir seulement en cas de besoin. C’est votre corps qui le sentira et vous le fera savoir !


    Pour ceux qui pratiquent l’EFT : à exécuter au quotidien si vous ne
    constatez aucun changement avec l’EFT. Parfois, le système énergétique
    est tellement perturbé que les blocages ne cèdent pas.

    Vous et votre santé n° 16 - septembre 2013 
    Céline ANDRILLON   Pratique de santé Septembre 2013


    1. Wayne Cook, pionnier dans la recherche sur les champs de force bioénergétiques, a inventé
    cette approche. Donna Eden l’a modifiée sous la forme présentée ici.
    • Donna Eden et David Feinstein, Médecine énergétique, éditions Ariane.
    • Donna Eden, 5 mn Energy Routine, <http://www.youtube.com/watch?v=gffKhttrRw4>

     

    Des liens :

    LA ROUTINE ENERGETIQUE– Séances EFT Skype => Cliquez ICI

    – Formations EFT => Cliquez ICI

       

     

     

     

     

     

    LA ROUTINE ENERGETIQUECet article vous a plu !

    Continuez la lecture en

    Téléchargeant Gratuitement

    Mon Guide Numérique

    « EFT pour Tous »

                                                                                                                                     

    Inscription et Téléchargement de Mon Guide Gratuit ICI

                                                                                                                                     

     

     

     

    >>>Chers lecteurs, je vous remercie d’avoir lu cet article et je vous invite à le partager et à me laisser un commentaire ci-dessous. Quelques mots suffisent.<<<


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires